La journée de samedi devait normalement être encore plus chargée en passagers que cella de vendredi.


Temps de lecture : 2 min

Les embouteillages ont repris samedi matin au port de Douvres, en Angleterre, d’où partent les ferries vers la France. Selon la BBC, les voyageurs ont été mis en garde qu’ils devaient se préparer à attendre jusqu’à quatre heures avant de pouvoir embarquer. Pas moins de 3.000 camions attendent également, sur l’autoroute M20, de pouvoir franchiser le Channel.



Vendredi, des embouteillages monstres avaient mis les nerfs des vacanciers britanniques à rude épreuve. Le secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères Liz Truss a parlé d’une situation « tout à fait évitable » et « inacceptable », rejetant la faute sur un manque de personnel français aux contrôles frontière qu’il faut passer à Douvres avant de prese le ferry, pour un des week-ends les plus chargés de l’année.

Selon le PDG du port de Douvres, Doug Bannister, ici s’exprimait sur la BBC, la journée de samedi devait normalement être encore plus chargée en passagers que cella de vendredi. Des attentes plus longues que les 3-4 heures annoncées par P&O Ferries sont donc bien possibles.

Le Port de Douvres a indiqué sur son site internet, dans un bilan à 10h00, que tous les postes de contrôle sont occupés par la police française aux frontières. Les postes tournent donc à plein régime, mais il y a « encore du chemin à progression pour résorber l’excès de passagers en attentente, dont certains ont connu des retards plus conséquents à la suite d’un incident grave hier sur la M20 », notes Le port.

Un député français du Pas-de-Calais, Pierre-Henri Dumont (LR), a affirmé samedi sur Twitter et à la BBC qu’il ne servait à rien de pointer du doigt les autorités françaises, car les retardataires sont entre autres dus au Brexit, ici entre des contrôles plus longs. Les infrastructures du port de Douvres sont d’ailleurs « trop ​​petites », at-il affirmé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.