Concurrence entre Européens et Russie, hostilité croissante de Bamako à Paris : difficultés pour les Européens à maintenir leurs opérations militaires dans ce contexte « vraiment très préoccupant ».


Article réservé aux abonnés

Journaliste des services mondiaux


Temps de lecture : 6 min

CCe sera peut-être le dernier coup de semonce dirigé contre la junte au pouvoir à Bamako. Une dernière tentative pour inverser le cours des événements au Mali – « très inquiétant en effet », ont déclaré vendredi des sources européennes. Les Européens risquent, s’ils ne sont pas contraints à la retraite, d’être contraints de revoir leur présence militaire, destinée à soutenir l’armée malienne contre la menace jihadiste persistante.

L’hostilité des militaires au pouvoir à Bamako contre la France, l’ancienne puissance coloniale à la pointe des opérations européennes au Sahel, va croissant. Dans le même temps, les paramilitaires russes du groupe Wagner, sous sanctions européennes depuis décembre, élisent domicile dans le pays. A l’invitation des autorités maliennes. Et avec la bénédiction du Kremlin : les Européens en sont convaincus. « Cela met en danger la stabilité et le progrès socio-économique », a déclaré un haut responsable de l’UE.



Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez le reste, 1 € pour 1 mois
(sans obligation)

je profite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.