Aller au contenu

Union européenne : une présidence tchèque tournée vers l’Ukraine

La Tchéquie se trouve être vendue à la France à la présidence tournante du Conseil. Avec des priorités dictées par la guerre : l’accueil des réfugiés et la reconstruction du pays, les risques de pénurie d’énergie et la flambée des prix.


Article réservé aux abonnés

Journaliste au service Monde


Temps de lecture : 3 min

Let rôle de l’Europe n’est plus, et ne sera plus jamais, de régner sur le monde, de disséminer par la force sa prospérité ou ses valeurs, de poser sa culture, de dicter le cours des choses. Le seul rôle significatif que l’Europe peut jouer, au siècle prochain, est d’être la meilleure possible, et d’aider par la création d’un nouveau modèle de coexistence dans le monde. » Inspirer plutôt que diriger, ainsi Vaclav Havel esquissait-il l’Europe du XXIe siècle. C’était en 1996, à Aix-la-Chapelle, la République tchèque qu’il présidait de déposer définitivement sa candidature d’adhésion à l’Union européenne, qu’elle rejoindrait finalement en 2004. Dès ce vendredi, elle assume, pour la deuxième fois de son histoire, la présidence tournante du Conseil … la nécessité d’une pause, pour réfléchir à l’Europe de demain …




Cet article est réservé aux abonnés

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *